Récital des 6 et 9 avril 2017

Récital des 6 et 9 avril 2017

Récital des 6 et 9 avril 2017

Gabriel Fauré

Benoît Capt, baryton · Phillip Moll, piano
Présentation des œuvres par Géraldine Cloux

Programme

Mélodies de Venise, La Bonne Chanson, Mirages, L’Horizon Chimérique.

Documents

Programme
Communiqué de presse
Textes des œuvres
Présentation des œuvres

« De la Musique avant toute chose Et pour cela préfère l’impair »

Ces premiers vers de l’Art Poétique de Verlaine ont sans doute aiguillonné le génie musical de Fauré et stimuler sa maîtrise incomparable de l’hémiole et de l’ambivalence métrique.

La rencontre avec Paul Verlaine inspirera au grand mélodiste français quelques-unes de ses pages les plus abouties, tout particulièrement les grands cycles de la maturité : La Bonne Chanson et les Mélodies de Venise. L’intégrale des mélodies nées de cette rencontre constituera la première partie de notre programme. Les œuvres tardives du dernier Fauré, 3 Mélodies opus 85, Mirages et l’Horizon chimérique, compléteront ce concert, en nous faisant pénétrer dans un univers musical des plus subtils et des plus singuliers.

 

bio Benoît Capt

Benoît Capt

Benoît Capt

Après des études d’écriture musicale et de musicologie à Genève, Benoît Capt accomplit sa formation de chant grâce à plusieurs bourses (Leenaards, Migros, Mosetti et Marescotti), d’abord à la HEM de Genève avec Gilles Cachemaille, puis au Conservatoire Mendelssohn de Leipzig, auprès de Hans-Joachim Beyer (master d’interprétation en opéra) et Phillip Moll (master d’interprétation en musique de chambre), et enfin à l’HEMU de Lausanne dans la classe de Gary Magby (master de soliste). Lauréat de plusieurs concours internationaux (Lyon, Marmande, Toulouse, Dortmund, Graz, Weiden), il reçoit en 2008 le prix du Cercle des Amis de l’OSR pour enregistrer un disque de mélodies avec le pianiste Todd Camburn. Depuis ses débuts à l’Opéra de Lausanne en 2006 dans Le Téléphone de Menotti, il interprète de nombreux rôles, tels que Zuniga dans Carmen, le fauteuil et l’arbre dans L’Enfant et les sortilèges de Ravel, Papageno dans Die Zauberflöte de Mozart, le rôle-titre dans Pimpinone de Telemann, le Duc dans Roméo et Juliette de Gounod, Bottom dans A Midsummernight’s Dream de Britten, ou encore Schaunard dans La Bohème de Puccini, sous la baguette de chefs tels que Theodor Guschlbauer, Stefano Ranzani, Jean-Yves Ossonce, Roberto Rizzi-Brignoli, Hervé Niquet, Cyril Diederich, Miguel Ortega, Arie van Beek, Diego Fasiolis ou Frank Beerman. Il se produit régulièrement au concert et en récital, et a fondé l’Association Lied et Mélodie à Genève.

bio Phillip Moll

Phillip Moll

Phillip Moll

Né à Chicago, Phillip Moll vit à Berlin depuis 1970. Après des études d’anglais à l’Université de Harvard et de musique à l’Université du Texas, il a complété sa formation à la Musikhochschule de Munich grâce à une bourse d’études du Deutscher Akademischer Austauschdienst. Engagé ensuite comme chef de chant à la Deutsche Oper de Berlin, il y a travaillé jusqu’en 1978. Depuis lors, il est actif en tant qu’accompagnateur et pianiste d’ensemble, et collabore avec des artistes tels que Kathleen Battle, Håkan Hagegard, Jessye Norman, Kurt Moll, James Galway, Kyung Wha Chung, Anne-Sophie Mutter, Akiko Suwanai et Kolya Blacher.

Phillip Moll a joué et enregistré avec de nombreux ensembles berlinois, parmi lesquels l’Orchestre Philharmonique de Berlin, l’Orchestre Symphonique Allemand, le RIAS Kammerchor et le Chœur de la Radio de Berlin. Il s’est également produit comme soliste dans toute l’Europe, en Amérique du Nord et en Extrême-Orient, notamment avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin, l’English Chamber Orchestra, l’Orchestre de Smith Square de Saint John et le Philharmonic Kammermusik Kollegium. En Australie, il a été l’invité des orchestres symphoniques de Melbourne, de Sydney et de Tasmanie.

De 2004 à 2013, Phillip Moll a occupé la chaire d’interprétation du lied à la Musikhochschule de Leipzig. Il a donné des masterclasses dans de nombreux pays, en Belgique, en Israël, en Italie, en France, en Lettonie et en Lituanie, au Japon, à Taïwan et aux États-Unis.

Parmi les nombreux enregistrements auxquels il a participé, citons les Lieder de Schubert avec la soprano Jessye Norman, les Trios avec piano de Dvorak et Suk avec les solistes de l’Orchestre Philharmonique de Berlin, les Duos pour deux barytons avec les frères Paul Armin et Peter Edelmann, et les Gypsy Songs avec la mezzo Renée Morloc ; la Petite Messe solennelle de Rossini avec le RIAS Kammerchor, le Deutsches Requiem de Brahms dans la version pour piano à quatre mains avec le Chœur de la Radio de Berlin, et les Fantaisies d’Opéra pour instruments à vent avec les solistes de l’Orchestre de La Scala de Milan ; les Sonates de Schubert et des oeuvres de Bartòk avec la violoniste Andrea Duka Löwenstein, ainsi qu’un vaste répertoire avec le flûtiste Sir James Galway, qu’il accompagne depuis près de quarante ans.

bio Géraldine Cloux

Géraldine Cloux

Géraldine Cloux

Géraldine Cloux se forme à la Haute Ecole de Musique de Genève et à l’Université de Genève, où elle obtient un Bachelor de musique et musicologie en 2012, avec le piano comme instrument principal, dans la classe de Fabrizio Chiovetta. Durant ses études, elle est membre du jury des étudiants «la Jeune Critique» au Concours Clara Haskil, lors de l’édition de 2011. Elle travaille également en tant que musicologue pour les festivals Amadeus et Cully Classique.

Elle poursuit ensuite des études de chant et obtient en 2014 un Master en pédagogie de chant à la Haute Ecole des Arts de Berne, dans la classe de Hans Peter Blochwitz. Pendant cette période, elle fait partie du Studio Suisse d’Opéra, et obtient en 2016 un Master spécialisé en opéra avec les professeurs Mathias Behrends et Franco Trinca. Elle complète sa formation par diverses masterclasses, notamment avec Helen Donath, Mireille Delunsch, David Jones et Janet Williams.

Elle se produit en tant que soliste dans l’Oratorio de Noël de Saint-Saëns, le Stabat Mater de Pergolesi et la Messe en ut majeur de Beethoven avec le Berner Kammerorchester, sous la direction de Patrick Secchiari. A l’opéra, elle chante en 2015 les rôles d’un Esprit de l’air, d’une Bergère et d’une Nymphe dans King Arthur de Purcell et le rôle de Kate Julian dans l’opéra Owen Wingravede Britten au Théâtre Orchestre Bienne Soleure, puis le rôle-titre de Dido and Aeneas au Festival du Touno 2016. En récital, elle a chanté au Festival du Touno et au Menuhin Forum de Berne.

About the author