Récital des 9 et 10 avril 2018 à 19h30

Récital des 9 et 10 avril 2018 à 19h30

Récital des 9 et 10 avril 2018 à 19h30

Schumann et Brahms

Benoît Capt, baryton · Eric Schneider, piano
Présentation des œuvres à 19h30 par Géraldine Cloux

Programme

Liederkreis opus 39 – Ausgewälthe Lieder – Vier ernste Gesänge

Documents

Programme
Communiqué de presse
Textes et traductions des œuvres
Présentation des œuvres

Ensemble, ils interprètent en première partie le Liederkreis opus 39 de Robert Schumann sur des poèmes d’Eichendorff. Ce cycle, composé juste avant la Dichterliebe, est dédié par le compositeur à sa femme avec ces mots : « Le cycle d’Eichendorff est ma musique la plus romantique et contient beaucoup de toi, Clara chérie. ».

Après l’entracte, un bouquet de Lieder variés de Johannes Brahms précédera les célèbres Vier ernste Gesänge, la toute dernière œuvre mélodique du compositeur. Quand Schumann rencontre Brahms en 1853 et l’accueille avec chaleur dans son foyer, le jeune compositeur soulève immédiatement l’enthousiasme de son aîné, qui s’exclamera dans la Neue Zeitschrift für Musik : « Il s’appelle Johannes Brahms. Il porte tous les signes qui annoncent l’élu. Dès qu’il s’assied au piano, il nous entraîne dans des régions merveilleuses ».

bio Benoît Capt

Benoît Capt

Benoît Capt

Après des études d’écriture musicale et de musicologie à Genève, Benoît Capt accomplit sa formation de chant grâce à plusieurs bourses (Leenaards, Migros, Mosetti et Marescotti), d’abord à la HEM de Genève avec Gilles Cachemaille, puis au Conservatoire Mendelssohn de Leipzig, auprès de Hans-Joachim Beyer (master d’interprétation en opéra) et Phillip Moll (master d’interprétation en musique de chambre), et enfin à l’HEMU de Lausanne dans la classe de Gary Magby (master de soliste). Lauréat de plusieurs concours internationaux (Lyon, Marmande, Toulouse, Dortmund, Graz, Weiden), il reçoit en 2008 le prix du Cercle des Amis de l’OSR pour enregistrer un disque de mélodies avec le pianiste Todd Camburn. Depuis ses débuts à l’Opéra de Lausanne en 2006 dans Le Téléphone de Menotti, il interprète de nombreux rôles, tels que Zuniga dans Carmen, le fauteuil et l’arbre dans L’Enfant et les sortilèges de Ravel, Papageno dans Die Zauberflöte de Mozart, le rôle-titre dans Pimpinone de Telemann, le Duc dans Roméo et Juliette de Gounod, Bottom dans A Midsummernight’s Dream de Britten, ou encore Schaunard dans La Bohème de Puccini, sous la baguette de chefs tels que Theodor Guschlbauer, Stefano Ranzani, Jean-Yves Ossonce, Roberto Rizzi-Brignoli, Hervé Niquet, Cyril Diederich, Miguel Ortega, Arie van Beek, Diego Fasiolis ou Frank Beerman. Il se produit régulièrement au concert et en récital, et a fondé l’Association Lied et Mélodie à Genève.

bio Eric Schneider

Eric Schneider

Eric Schneider

Eric Schneider a étudié le piano et les mathématiques, et a obtenu à 22 ans son Diplôme d’interprète soliste avec mention à la Musikhochschule de Cologne. Il s’est ensuite perfectionné en interprétation du lied avec Hartmut Holl. Les pianistes Paul Badura-Skoda et Alfred Brendel, ainsi que les chanteurs Dietrich Fischer-Dieskau et Elisabeth Schwarzkopf ont eu une influence décisive sur son parcours. Auprès de Rolf Reuter, à Berlin, il a complété sa formation par des études de direction d’orchestre.

Eric Schneider a accompagné en Europe, en Amérique et en Asie des chanteurs tels que Matthias Goerne, Christine Schafer, Christiane Oelze, Stephan Genz, Anna Prohaska, Michael Kupfer-Radecky. Avec ses partenaires, il est régulièrement l’invité des Schubertiades de Schwarzenberg, du Festival de Salzbourg ou encore du Tanglewood Summer Music Festival. Sa discographie comprend notamment des enregistrements avec Christiane Oelze et Hans-Peter Blochwitz, Matthias Goerne et Anna Prohaska. Il a enregistré récemment la Winterreise de Schubert, ainsi que des œuvres de Henry Purcell et de George Crumb avec la soprano Christine Schafer, un disque de lieder de Franz Schubert «An mein Herz» avec Matthias Goerne chez Harmonia Mundi et un programme Soldaten-Lieder avec Anna Prohaska chez Deutsche Gramophon.

Eric Schneider se tourne à nouveau depuis quelques années vers le répertoire solistique pour piano. On a pu l’entendre dernièrement en récital au Festspielhaus de Baden-Baden, au Kissinger Sommer et au Klavier Festival Ruhr. Un disque d’œuvres pour piano de Janacek, Beethoven et Schumann est paru en 2009. Son enregistrement filmé de la Sonate opus 106 de Beethoven est disponible sur Youtube. Eric Schneider enseigne depuis 2008 l’interprétation du Lied à l’Université des Arts de Berlin.

bio Géraldine Cloux

Géraldine Cloux

Géraldine Cloux

Géraldine Cloux se forme à la Haute Ecole de Musique de Genève et à l’Université de Genève, où elle obtient un Bachelor de musique et musicologie en 2012, avec le piano comme instrument principal, dans la classe de Fabrizio Chiovetta. Durant ses études, elle est membre du jury des étudiants «la Jeune Critique» au Concours Clara Haskil, lors de l’édition de 2011. Elle travaille également en tant que musicologue pour les festivals Amadeus et Cully Classique.

Elle poursuit ensuite des études de chant et obtient en 2014 un Master en pédagogie de chant à la Haute Ecole des Arts de Berne, dans la classe de Hans Peter Blochwitz. Pendant cette période, elle fait partie du Studio Suisse d’Opéra, et obtient en 2016 un Master spécialisé en opéra avec les professeurs Mathias Behrends et Franco Trinca. Elle complète sa formation par diverses masterclasses, notamment avec Helen Donath, Mireille Delunsch, David Jones et Janet Williams.

Elle se produit en tant que soliste dans l’Oratorio de Noël de Saint-Saëns, le Stabat Mater de Pergolesi et la Messe en ut majeur de Beethoven avec le Berner Kammerorchester, sous la direction de Patrick Secchiari. A l’opéra, elle chante en 2015 les rôles d’un Esprit de l’air, d’une Bergère et d’une Nymphe dans King Arthur de Purcell et le rôle de Kate Julian dans l’opéra Owen Wingravede Britten au Théâtre Orchestre Bienne Soleure, puis le rôle-titre de Dido and Aeneas au Festival du Touno 2016. En récital, elle a chanté au Festival du Touno et au Menuhin Forum de Berne.

About the author